A l'occasion de l'exposition "Aventures aux Pôles", le Palais de la Découverte a exhumé de ses réserves une des 5 grandes toiles que Charles Lapicque avait réalisées pour l'ouverture du Palais en 1937. Voici donc "Les ondes hertziennes".

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, cette toile immense (6,70 mètres par 2,10) raconte à la manière d'une bande dessinée, de gauche à droite, l'épopée du sauvetage de l'équipage du brise-glaces soviétique le Tchéliouskine. Cette épopée commence par le naufrage, auquel assistent des esquimaux, l'utilisation de la TSF pour appeler au secours, l'intervention de Staline (qu'a-t-il fait ?) et enfin le sauvetage lui-même réalisé grâce à des équipes qui organisent un pont aérien depuis le cap Vellen, situé à 170 km.

Notez dans cette toile le graphisme résolument "propagande soviétique" utilisé par Lapicque. Il a dû également se documenter afin d'écrire correctement en cyrillique Tchéliouskine et Vladivostok sur la bouée.
Cette oeuvre de commande date de 1937 (le naufrage datait de 1934). On y distingue les prémices des ciels Lapicquiens, particulièrement dans la partie droite de l'oeuvre.

Timbre commémoratif russe du sauvetage. Ce naufrage, et surtout le fait qu'il n'y eut aucune victime,est devenu mythique en URSS à cette époque. L'URSS avait engagé des moyens considérables, mettant en place un pontaérien sans précédent pour sauver l'équipage (102 personnes) du bateau.
L'équipage, d'abord bloqué dans le navire pendant 4 mois puis réfugié sur la banquise, attendit les secours plus d'un mois. Ils furent finalement évacués en avril 1934. On comprend que ce feuilleton ait tenu le monde en haleine...

 

A l'occasion de l'inauguration de l'exposition "Aventures aux Pôles", photo de François Lapicque (un des fils de Charles), devant l'oeuvre de son père.
Il se souvenait parfaitement de ce travail, pour lequel Charles avait loué un atelier face au cimetière du Montparnasse.
Il nous confia malicieusement que son père lui avait même permis - il avait 13 ans - de réaliser quelques aplats de couleurs faciles en bas du tableau.
La toile se trouve au premier étage, à droite de l'entrée, un peu à l'écart de l'exposition proprement dite.
Que sont devenues les 4 autres toiles réalisées par Charles pour l'ouverture du Palais de la Découverte ?

Détails du tableau :
La bouée du Tchéliouskine, écrite en cyrillique.

Staline à sa table de travail, semblant avoir pris une part prépondérante dans le sauvetage : propagande ou réalité ?

 

Voici les deux posters de part et d'autre de la toile :

lire le texte complet du poster
en savoir plus sur l'expo "Aventures aux pôles"