Cette exposition, placée sous la présidence d'honneur de M. le Ministre de la Culture et de la Communication et de M. le Préfet de la Vendée, a été ouverte à 18h30 le 7 novembre 2009 au Musée de l'Abbaye de Sainte-Croix. La manifestation était présidée par M. Louis Guédon, Député-Maire des Sables d'Olonne, en présence du conseil municipal. Elle parachève ainsi le cycle des trois importantes manifestations de l'année, à la suite de celles d'Issoudun et de Colmar.

La famille du grand peintre était représentée par son fils aîné Georges Lapicque et son petit-fils Philippe, en présence de Philippe Bouchet, accompagné de son épouse et de M. Henri Trumer, principaux initiateurs de cette série d'évènements ainsi que de nombreux admirateurs. M. Georges Lapicque, auquel M. le Maire accorda l'honneur des premières paroles (après le bel exposé de Mme. Gaëlle Rageot, conservateur du musée) exprima son émotion de le revoir après les quelques vingt années écoulées depuis la première exposition "Lapicque et les vagues". Il félicita la ville des Sables d'Olonne de s'être à nouveau distinguée en acceptant cette grande exposition tournante sur un peintre qui "serait reconnu dans cent ans" comme l'un des plus grands de l'histoire de la peinture.

Il a tenu à exprimer ses sentiments plus personnels par un poème , inspiré par le tableau figurant à l'entrée de l'abbaye, et qui avait longtemps été accroché sur le mur de la salle à manger de l'appartement de ses parents, où ils ont vécu de 1927 jusqu'à leur mort.

LE TABLEAU

Il était là, soudain, sous mes yeux ! Le musée


Semblait l'avoir choisi dans ces lieux inconnus
Pour moi, qui ne savais ce qu'étaient devenus
Tant de chemins secrets d'une époque passée.

Elle était là vibrante et jamais effacée,
La maison de mes jours anciens, que les murs nus
Faisaient renaître du Présent, qui n'était plus
Qu'une bulle invisible, au regard explosée.

Il avait disparu ! L'Instant restait songeur
Que, bel oiseau, le rêve aux ailes de blancheur,
La vie eût pu surgir, lointaine et folle étoile.

Que mon père avait su - O le pouvoir du Beau ! -
Par le dessin, par les couleurs, là dans la toile,
Ici, me retrouver par delà le tombeau.


Georges Lapicque, les Sables d'Olonne, le 8 novembre 2009, à l'issue de la cérémonie d'inauguration de l'exposition "Lapicque Le dérangeur"